Il est Aujourd'hui 26 Novembre 2020         
English  |   Español Accueil  |  Contacte  |  Plan du site  |  Le Temps            
Historique
   » Maison d'Alba / Fiche
 
             » D. Fernando Álvarez de Toledo / Plus d’information
   

Né à Piedrahita (Ávila) le 29 octobre 1507 et mort à Lisbonne en 1582. Fils de Don García, premier duc, mort au combat dans l’île de Gelves et de Doña Beatriz de Pimentel (fille de Don Rodrigo Alonso Pimentel, quatrième comte de Benavente et de Doña María Pacheco) il se maria avec sa cousine María Enríquez (fille de Diego Enríquez de Guzmán, comte de Alba de Liste) avec laquelle il eut cinq enfants dont quatre fils et une fille.

Substitua son grand-père Don Fadrique, deuxième duc (militaire reconnu qui avait participé dans de nombreuses campagnes des Rois Catholiques et Carlos V), celui-ci l’avait éduqué dans le maniement des arts de la guerre.

Sa consécration aux armes fut constante depuis son plus jeune âge, au point que de l’âge de 6 ans il accompagna son grand-père et son armée à Navarre.

En 1524, il se joignit à 17 ans sans permis de ses proches, aux troupes du Connétable de Castilla Don Iñigo de Velasco que assiégea et soumit la région occupée par les français et les navarrais. Pour son intervention dans l’assaut, il fut nommé gouverneur de Fuenterrabía.

Etant déjà duc d’Alba en 1532 il se rendit à l’appel de l’empereur Carlos V et parti à Vienne accompagné par son ami Garcilaso de la Vega pour lutter contre l’harcèlement ottoman. Il ne fut pas nécessaire d’entrer en combat, puisque à la vue de la formidable armée Impérial de plus de 200.000 hommes, les turcs levèrent le siège.

Au début de 1535 il combattit dans l’armé qui occupait la Tunisie, en embarquant à Cagliari avec le contingent militaire que le marquis de Vasto dirigeait. Le 14 juin tombe la Fortaleza de la Goleta et une semaine après la propre ville de Tunis défendue par Barbarroja.

Dans la guerre contre la ligue protestante de Smalkalda, il dirigea l’armée Impériale comme Général des troupes conduites par l’empereur Carlos V, où parvint la victoire de Mülhberg (1547), où se firent prisonniers Juan Federico de Sajonia et Mauricio de Sajonia, il lui fût restitué son électorat. Carlos V atteint ainsi une position avec laquelle imposer son propre pouvoir politique et religieux en Allemagne.

Néanmoins, ses interventions les plus importantes se réalisèrent dans le royaume suivant, vu que Felipe II lui montre sa gratitude en demandant à Don Fernando et son épouse d’être les témoins de mariage avec María Tudor. Le Grand Duc fût un des 15 Grands d’Espagne qui assista à la cérémonie dans l’abbaye de Winchester le 25 Juillet de 1554.

En 1555 se ravive en Italie le conflit entre la France et l’Espagne. Le duc d’Alba est envoyé comme capitaine général, Gouverneur de Milan et Vice-roi de Naples. Le Pape Paul IV récemment nommé, ennemi des Habsbourg incite à Henri II de France à expulser les espagnols d’Italie et pour cela il se joint à ses propres troupes les troupes françaises, tandis qu’en juillet de 1556 il déclare déposséder Felipe II de son titre de Roi de Naples. Le duc d’Alba se dirige à Rome accompagné par 12.000 soldats et devant la menace, le Pape demande une trêve durant ce temps il profitera pour qu’une armée française entre par le nord de l’Italie et s’en aille par Naples. Il fut rapidement rappelé de  retour en France car il venait de se produire l’échec de Saint Quintin et en avait besoin de lui. Les troupes papales furent réduites par l’armée espagnole et le Duc d’Alba entra victorieux à Rome en Septembre de 1557. Le Papa proposa la paix et la obtint.

En 1566 dans les Pays Bas il y eut des rébellions et des soulèvements attribués aux hérétiques calvinistes; pour les combattre, Felipe II envia le Duc d’Alba à la tête d’une puissante armée qui arriva à Bruxelles le 22 août de 1567. Peu de jours après, le 5 septembre, s’établit le Tribunal de Tumultes (populairement connu comme le Tribunal du Sang) pour juger les responsables des soulèvements de l’année précédente. Le tribunal agit avec une extraordinaire rigueur et il eut beaucoup d’exécution dont le propre comte d’Egmont, général catholique au service de Felipe II qui était au front de la cavalerie qui vainquit les troupes françaises dans la bataille de Saint Quintin.

D’autre part, la manutention des troupes arrivées en Flandres entraînait de considérables dégâts qui força au duc à imposer des nouveaux impôts à la population. Quelques villes, dont une d’entre elles Utrecht, refusèrent le payement de la dîme et se déclarèrent en rébellion. Cette situation favorisa l’intervention dès l’intérieur de l’insoumis Guillaume de Nassau, Prince d’Orange, qui compta avec l’aide de Huguenots. Les interventions militaires furent constantes et la situation politique ne s’améliorait d’aucune manière. Devant cet échec, Felipe II le releva de sa mission et le renvoya en Espagne en 1573.

Son fils et héritier, Fadrique, s’était promis en mariage à Magdalena de Guzmán, mais il ne la tint pas en lui coûtant l’arrêt de 1566. L’année suivante il fut mis en liberté pour pouvoir partir avec son père en Flandres au service de l’armée. Fadrique, avec l’appui de son père, se maria en secret avec María de Tolède, fille de García de Toledo, marquis de Villafranca, Vice-roi de Sicile et cousin du Duc d’Alba.

Avec le retour du duc et son fils à Madrid en 1574, les faits furent connus et le roi demanda un jugement qui finira en 1579 avec la condamnation et emprisonnement de  Fadrique ainsi que l’exile de la cour et l’exil à Uceda du propre duc d’Alba.

Il fut réhabilité en 1580, quand Felipe II, qui optait au trône du Portugal (car il avait des droits dynastiques étant le petit-fils de don Manuel I du Portugal) demanda de nouveau les services du Duc pour neutraliser militairement les prétentions monarchiques du Prior de Crato, Don Antonio. Vainquit l’armée portugaise du Général Don Diego de Meneses et réalise une entrée triomphante à Lisbonne, déblayant le chemin pour l’arrivée de Felipe II. Et obtint comme récompense le titre de Connétable du Portugal.

Il mourut à Lisbonne le 12 décembre de 1582 à septante-cinq ans, ses restes furent transférés à Alba de Tormes, où il reçut sépulture dans le couvent de Saint Léonard jusqu’à la guerre de l’Indépendance où le monastère souffrit un incendie et les restes du troisième duc et son épouse, Maria Enriquez, furent transférés au monastère des Dominicos à Salamanque où ils reposent actuellement.
    

   
   
   
   
» Plan Historique Interactif
   

 

 


Cabinet de tourisme
1, Plaza Mayor
37800 Alba de Tormes (Salamanca)
Tel. et Fax: 923 30 00 24
Courriel: infoturismo@villaalbadetormes.com